Covid-19 : 6 recommandations pour répondre à l'exigence d'efficacité du comité d'audit

16 Nov.
4 mn de lecture

La pire crise sanitaire du siècle a imposé à l’économie et à la société des défis pluriels. Chaque jour un nouveau rebondissement survient quant à l’impact de la pandémie sur notre intégrité, nos façons d’interagir, de faire du commerce, la politique et notre sécurité. Pourtant, ce fléau implacable pourrait avoir un bienfait significatif. En effet, il a placé la gouvernance et le devoir de rendre compte dans la mesure où il a obligé les organisations, quels que soient leur taille et leur niveau de complexité, à réfléchir avec lucidité sur leurs modes d’opérations. (...) L’IIA et l’IFAC (International Federation of Accountants), se sont associés afin de produire un outil important pour les comités d’audit : Six Recommandations pour les comités d’audit opérant dans le « Nouveau Normal » propose aux administrateurs d’importants éclairages et orientations pour s’adapter au « Monde d’après » (...).
Se tenir informé. Les comités d’audit doivent avoir une vision et une compréhension claires des zones de risque, et l’audit interne devrait y participer en fournissant des évaluations des risques opportunes. Communiquer et collaborer. Les responsabilités de surveillance du comité d’audit sont étendues, et elles continuent de s’agrandir. Aussi est-il essentiel que ce dernier soit en alignement avec les priorités de l’instance de gouvernance. Mettre à profit les expertises disponibles. Se tenir parfaitement informés des réponses de la direction face aux risques, nouveaux et classiques, est une tâche fondamentale qui représente un défi pour les comités d’audit. L’audit interne compte parmi les domaines d’expertise sur lesquels lesdits comités s’appuient pour gérer cette surveillance. Promouvoir l’amélioration continue. Une gestion des risques efficace doit prendre en compte les circonstances changeantes et l’évolution des risques. Favoriser un état d’esprit visant l’amélioration continue du traitement du risque tout en encourageant l’innovation et la création de valeur deviendra le « nouveau normal » pour les organisations qui réussissent. Penser de manière holistique. La crise du COVID-19 pousse les organisations à modifier leur mode de pensée et à améliorer leur planification, leurs opérations ainsi que leur reporting. Cela rend le travail de l’audit interne particulièrement important, dans la mesure où il doit fournir aux comités d’audit une vision exhaustive de la gestion des risques et de la gouvernance globale.
Adopter la technologie. La pandémie a forcé une révolution en matière de télétravail, et il est probable qu’elle perdure dans le « Monde d’après ». À tous les niveaux, ces dernières vont devoir adapter leurs processus afin de prendre en compte la distance et l’isolement. Elles devront en outre avoir recours à la technologie pour y parvenir. Ceci est particulièrement vrai pour le travail de l’audit interne. Même si ces six recommandations se concentrent sur le comité d’audit, elles peuvent également, et devraient être appliquées à tous les niveaux de l’organisation. Elles favorisent la collaboration et découragent les mentalités « en silos ». Ironiquement, même si la crise actuelle nous a contraints à un monde d’isolement et de limitations physiques, elle a également (...) renforcé l’idée que la communication, la collaboration et l’amélioration continue fortifient nos organisations. Elle a montré comment l’engagement envers une gouvernance solide crée de la valeur durable à long terme.
Richard F. Chambers Président et CEO du Global Institute of Internal Auditors La version intégrale de l’article : https://global.theiia. org/knowledge/chambers/

Article en relation